Vous êtes ici : Accueil > Productions & techniques > Cultures > Maraîchage

Maraîchage

Les flux rss du siteImprimer la page

Maraîchage et légumes de plein champs : comment produire en réduisant les intrants (produits phytosanitaires et azote)

La Chambre d’agriculture des Hautes Pyrénées s’est toujours préoccupée d’accompagner et de développer toutes les filières agricoles de notre département. Depuis quelques temps, nous souhaitons que la production de légumes puisse se structurer, que ce soit en conventionnel comme en AB. La demande en légumes locaux  ne cesse d’augmenter et notamment en restauration collective. Ainsi, les élus de la CDA65 ont eu à cœur de créer une plateforme de distribution de produits locaux envers la restauration hors domicile. En parallèle, le Conseil Départemental crée une légumerie qui permettra la transformation de ces légumes pour l’approvisionnement notamment des cantines des collèges haut pyrénéen.
La plateforme ainsi que la légumerie permettront de fournir en légumes les cantines dès la rentrée scolaire de septembre 2018.
Dès à présent, la Chambre d’agriculture avec le technicien en cultures légumières Thierry Massias, s’appuient sur les producteurs de l’association « Jardins et Vergers de Bigorre » pour la réalisation d’un catalogue de produits ainsi que la mise en place d’essais techniques.
N’hésitez pas à contacter la Chambre d’agriculture pour les personnes intéressées par la production de légumes.

Sylvain ANDRIEUX , membre du Bureau Chambre d’agriculture Hautes-Pyrénées

Les légumes dans les Hautes-Pyrénées

Dans le département, la filière maraîchage est peu significative au regard des autres productions comme les grandes cultures et l’élevage.
Elle compte aujourd’hui environ une soixantaine de  producteurs, pour certains organisés en fonction de leurs productions comme par exemple la filière Oignons de Trébons ou le Haricot tarbais.
D’autres groupes existent, tels que l’Association Jardins et Vergers de Bigorre qui regroupe 20 producteurs conventionnels ou en agriculture biologique, avec l’objectif commun de vendre des produits locaux de qualité.
Le maraîchage bio quant à lui, est en attente de nouveaux producteurs avec toutefois une difficulté d’accès au foncier et des surfaces souvent trop petites pour vivre correctement.
Les marchés au détail commencent également dans certains endroits à être saturés en nombre de producteurs qui s’ajoutent aux revendeurs de légumes.
Par contre, il y a une demande croissante de légumes bios locaux en demi-gros pour certains clients comme les magasins spécialisés, la restauration hors domicile (cantines scolaires, maisons de retraites, hôpitaux) ou les grandes et moyennes surfaces, qui ont du mal à s’approvisionner en local compte tenu des volumes demandés et des exigences de ces marchés.

Piloter les apports d’azote sur légumes pour une meilleure qualité et éviter la sur-fertilisation

« Un travail a été réalisé pour un suivi de l’azote sous forme nitrates (tests nitracheck) au sol afin de suivre au plus près des besoins, et ajuster la fertilisation sous serre et en plein champ.  D’autre part un suivi chez certains producteurs avec la méthode Pilazo (jus de pétiole) a permis de confirmer et d’affiner la fertilisation azotée pour des cultures exigeantes comme la tomate mais aussi la pomme de terre destinée à la fabrication de chips afin de maîtriser la qualité (matière sèche, maturité).
Les tests complémentaires de reliquats d’azote en fin de culture sont également une sensibilisation à un meilleur raisonnement de la fertilisation.
En effet, des reliquats trop importants derrière tomate peuvent provoquer un excès d’azote dans la culture suivante qui devient alors très appétente pour les pucerons. »

Réduire les produits phytosanitaires sur légumes

Les méthodes varient selon les conditions de la culture (plein champ, sous abri, hors sol …)

Méthodes préventives
  • Gestion des mauvaises herbes : bâches opaques (occultation), solarisation, couvert en période hivernale
  • Gestion des ravageurs : réseaux de surveillance (piégeage), filets anti-insectes, mise en place d’abris pour auxilliaires
  • Gestion des maladies : gestion de l’irrigation, densités de plantation moins fortes, tolérances variétales, paillage plastiques pour certains champignons telluriques
Méthodes curatives
  • Gestion des mauvaises herbes : désherbage thermique, mécanique
  • Gestion des ravageurs : Protection biologique Intégrée (PBI), le biocontrôle par macro-organismes (lutte par conservation ou introduction) ou par des micro-organismes, piégeage de masse (grâce à des médiateurs chimiques), arrosage par aspersion (3-4 minutes) des aubergines contre les acariens et les thrips par exemple
  • Gestion des maladies : traitements à base de soufre et cuivre, produits de biocontrôle

Thierry MASSIAS,
Technicien cultures légumières, Chambre d’agriculture des Hautes-Pyrénées

Formations en lien

Aucune actualité disponible.

Témoignages d'agriculteurs

Thierry PERCHERON (Trébons)
2,5 ha de légumes de plein champs, 2000m² sous abris (salades, navets, choux, oignons de Trébons), en conventionnel. Vente aux détaillants et dans certains Intermarchés. Lire la suite

Christian DUBOE et Aude COUSTY (Trébons)
4 ha de légumes de plein champs, 3000 m² sous abris, le tout en Agriculture Biologique. Vente en direct et au détail via une AMAP (70 paniers) et sur le marché de Bagnères de Bigorre. Lire la suite

Christian LANSAC (Momères)

4,5 ha de légumes de plein champs et 3000 m² de serres. Vente au détail sur les marchés. Lire la suite

MARAICHAGE

janvier 2018

février 2018

mars 2018

avril 2018